Le Puy en Velay
Montbonnet
Monistrol d'Allier
Le Falzet
Les Faux
Les Estrets
Aumont-Aubrac
Rieutort d'Aubrac
St Chély d'Aubrac
St Côme d'olt
Espalion
Golinhac
Conques
Livinhac le Haut
Figeac

Le Puy en Velay

Montbonnet

Cachet Le Puy

(15 km)

Cachet Monbonnet
LE PUY EN VELAY
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Après la messe et la bénédiction des pèlerins à la cathédrale du Puy (il faut faire les choses dans les règles, même si on est des mécréants !), la descente de la rue des Tables reste un moment fort du pèlerinage…
Trouille de ne pas y arriver, et joie intense de commencer quelque chose d'exceptionnel.

Photo n°075640
La Roche, puis Saint-Christophe-sur-Dolaison…

Photo n°102229

A Montbonnet, petit pique-nique improvisé, avec les "3 ariégeoises" et Jean-Marie, des pèlerins rencontrés sur le chemin.

Photo n°123139


MONBONNET (1 108 m)
Photo n°123019 Photo n°131705
Au gîte l'Escole, nous sommes 11. Douche, mes pieds à l'air, super ! Je mange avec Valéria qui vient d'Argentine, une jeune femme très intelligente et captivante.
Le soir, au dortoir, ambiance colo de luxe… Je dors avec Philippe de Saint-Etienne, et Jean-Marie de Mulhouse : il existe des hommes qui ne ronflent pas, je les ai rencontrés !

Retour en début de page

Montbonnet

Monistrol d'Allier

Cachet Montbonnet

(13,5 km)

Cachet Monistrol
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Prés du hameau du Chier (heureusement que mes filles n'étaient pas là, on aurait eu droit au concert de gloussements idiots et de jeux de mots du même acabit)
Photo n°080803


Rochegude, je trempe mes pieds dans la fontaine glacée, histoire de faire dégonfler les grosses méduses blanchâtres qui me servent de pieds… Les autres admirent le paysage, eux !
Photo n°104220


La descente sur Monistrol d'Allier est interminable, merci à Valéria et Philippe pour leur " coup de main psychologique "
Photo n°112238


Ils continuent tous les deux sur Saugues, ils sont jeunes et en pleine forme, mais je suis terriblement triste de ne pouvoir les suivre !
C'est le chemin, il faut aussi apprendre la solitude, écouter son corps… Quoique moi, c'est plutôt mes pieds qui me parlent. Ils hurlent, même, les pauvres…
Et Monistrol d'Allier est désert, encastré dans cette haute vallée de l'Allier.
Au gîte communal, je suis seule et je me chope les vraies boules… C'est la fête des mères, mon portable ne passe pas, et je n'ai pas le courage de ramper jusqu'à la cabine téléphonique. Même pas un petit canon pour me remonter le moral, j'ai juste un peu de saucisson, des petits beurres LU, et une orange… C'est la fête au village !

MONISTROL D'ALLIER (619m)
Photo n°065808


Retour en début de page

Monistrol d'Allier

Le Falzet

Cachet Monistrol

(15 km)

Cachet Le Fazet
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Je quitte Monistrol avec joie. La montée sur Saugues, est difficile, mais dans le petit matin, c'est magnifique. J'ai mal aux pieds très rapidement, et pourtant, les fleurs, les odeurs, la lumière, la solitude, tout me plait. Je quitte la vallée pour le haut plateau, début du pays de la bête du Gévaudan.
Photo 08-36-46
Mon Dieu que c'est beau… Un chemin fait pour marcher, penser… C'est véritablement sur cette étape que j'ai attrapé le virus de Compostelle. Ce jour là, j'ai su que j'irai au bout, coûte que coûte.
Photo 10 37 57
La Clauze. J'ai continué après Saugues, j'étais survoltée…
Photo 14 56 29
21,5kms ! Un record pour moi… Je peux le faire. J'ai les pieds en bouillie. Si j'y arrive, j'irais à Jérusalem pour demander à Dieu des autres pieds…
Je suis morte. J'ai appelé le gîte avant de m'élancer depuis Saugues, la dame m'a dit " Marchez, marchez, on vous trouvera un lit ! " L'accueil est divin, Madame Delcros m'a comptée pour le repas, j'accepte, malgré le fait que cela soit au-dessus de mon budget initial. Un peu de douceur ne me fera pas de mal.
Quelle bonne idée, le repas est succulent, soupe, crudités, ragoût de porc de la ferme, pâtes, fromages, fruit et …VIN ! Nous sommes 8, nous mangeons comme des chancres, buvons notre ¼ de vin chacun. A 20h je ferme un œil, à 20h01, je dors !


Le FALZET (1134m)
Photo 07-56-32
Retour en début de page

Le Falzet

Les Faux

Cachet Le Falzet

(21,5 km)

Cachet Les faux
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Le Hameau du Villeret-d'Apchier, dans le petit matin. Une vieille dame dans son jardin, me demande : " Vous allez à Saint Jacques ? " et comme je réponds par l'affirmative : " Priez pour ma fille, madame s'il vous plait ! "… Glup's, je voudrai lui expliquer que je ne sais pas, que je n'ai pas appris, que je ne crois pas en Dieu…
Je ne dis rien, sauf : " Oui, Madame ". Sur le chemin, plus loin, je demande à Dieu " tu peux t'occuper de cette dame, s'il-te plait ? " Je ne me suis pas aperçue que je parle à voix haute. Nous dialoguons tous les deux un bon moment…
Photo 08 15 05
Des champs entiers de " Jeannettes " comme on les appelle chez nous…
Photo 08 14 58  Photo 08 01 57
On passe en Lozère, à la chapelle Saint Roch
Photo 10 55 59
Les Faux

Accueil de qualité, les gens sont charmants, le gîte nickel-chrome, j'y dors seule, tout le monde est à l'hôtel qui est contigü.
Je prends le repas, je n'ai quasiment rien mangé à midi. Parfait ! Sauf que c'est un restaurant, et que nous sommes tous séparés sur notre petite table… J'aurai bien mangé avec la dame qui parle fort, mais qui a l'air sympa comme tout, et le monsieur tout seul comme moi avec des beaux yeux de cocker.
Soupe, bœuf bourguignon-pâtes, fromages, Coupétade, une spécialité du coin genre far aux pruneaux avec des raisins secs en plus. Ça se mange tiède, super bon… J'avais tellement la dalle remarque, j'aurai mangé du chien…
Photo 15 42 46
Retour en début de page

Les Faux

Les Estrets

Cachet Les Faux

(13 km)

Cachet Les Estrets

Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Il fait un temps magnifique depuis que je suis partie, quelle chance j'ai !
Photo 10 30 19
Une petite fille de 12 ans, Audrey, a construit une petite maison de contes de fées, en pleine forêt.
Elle nous la propose comme halte pour un moment, une nuit…
Merci Audrey ! Je suis sûre que tous les pèlerins pourvus d'un appareil photo, ont cette petite maison dans leur album !
Pour la remercier, nous avons tous laissé un petit mot, un bonbon, un sachet de chocolat, un petit gâteau tout écrasé, une piécette, bref… Le maigre trésor de notre sac à dos !
Photo 11 21 45  Photo 11-26-36
Le chemin, magnifique… Comment ne pas être exaltée de marcher dans l'air tiède de la matinée, l'odeur des genêts… J'ai mal aux pieds, mais je m'en fous !
Photo 10 13 47
Les Estrets
Soirée cosmopolite : au gîte, je suis la seule française…
Suédois, allemands, nous communiquons avec notre anglais plutôt pourri (surtout le mien !). Ravie, j'ai pu dire " Do you want a cup of tea ? " Et tout le monde a répondu "Yes!" Quelle victoire ! Pour moi qui me suis tapée 8/20 au BAC, en anglais… Le problème, c'est qu'il ne me restait plus que deux sachets de thé ! Ils ont bien ri lorsque je leur ai expliqué qu'avec " my sister is not a boy " ces deux phrases représentaient 90% de mon vocabulaire en anglais !
Photo 13 23 30
Retour en début de page

Les Estrets

Aumont-Aubrac

Cachet Les Estrets

(7 km)

Cachet Aumont-Aubrac
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
J'arrive au bout de ma première semaine, une très petite étape qui me laisse sur ma faim ! J'aurai tellement aimé continuer…
Quelle tristesse de partir, de laisser derrière moi ce chemin coloré qui bruisse de chants d'oiseaux. Mais le travail m'attend, ma famille, mes filles…
Et mes pieds, mes pauvres pieds, ne me laissent pas vraiment le choix non plus…
Mais je reviens, chemin, attends moi…
Avec de nouvelles chaussures, de plus grandes étapes, et une volonté à tout casser.
Photo n°183022Ames sensibles s'abstenir !
AUMONT-AUBRAC (1 050m)
Photo n°084938
Retour en début de page

Aumont-Aubrac

Rieutort-d'Aubrac

Cachet Aumont-Aubrac

(20 km)

Cachet Rieutort
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Me revoici, sur le chemin !
Septembre, les jours sont plus courts, je suis surprise de trouver la nuit à 5h30 en me levant ! Ben oui, grosse nouille, c'est presque l'automne !
Dés les premiers mètres, le charme opère. Oubliée la journée d'hier de train, d'angoisse, de monde, de bruits…
Je remercie intérieurement ma petite famille qui m'a laissée repartir, c'est mon cadeau d'anniversaire, pour mes 40 ans.
Le chemin est magnifique, comme pour me dire : " Tu as bien fait de revenir ! "
Photo n°102456
L'Aubrac ! Sublime…
Impossible de rester insensible à ces grandes étendues désertiques.
Le vent marche avec moi, une légère brume me protège de la chaleur.
Les vaches, lorsque je passe, cessent quelques instants de ruminer. " Salut les filles ! " J'aime à leur brailler.
Photo n°124617 Photo n°124726
Eh oui, c'est moi ! Troupeau de pèlerins sur l'Aubrac
RIEUTORT D'AUBRAC
Photo n°144228 Photo n°144202
J'ai adoré les Yourtes !
On y dort très bien, car la nuit sur l'Aubrac, il n'y a aucun bruit…
J'y ai aussi rencontré Danielle et Françoise qui venaient d'Annecy à pieds, et Jean-Pierre de Grenoble, mon pèlerin préféré, qui me suivra de près ou de loin, jusqu'à Figeac !
Un concentré de gentillesse, de discrétion, et d'intelligence !
Au moment où j'écris ces lignes, il doit avoir passé le col de Roncevaux. Je pense à toi JP, Ultréïa !
Photo n°192209
Retour en début de page

Rieutort-d'Aubrac

Saint Chély d'Aubrac

Cachet Rieutort

28 km
(mais pour moi 33!)

Cachet St Chély
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
J'ai décidé de prendre la variante non balisée qui passe par le lac de Saint-Andéol, pour voir ce fameux lac, vu des années auparavant dans un livre sur les chemins de Saint-Jacques.
Dés Marchastel, c'est galère, le guide dit : " continuer vers le sud ". Ouais… Sauf que je n'ai pas de boussole !
Bien évidemment, je me plante, je marche au nord par rapport au soleil qui se lève à l'est (et encore là, j'avais un doute aussi…)
Je m'aperçois de mon erreur assez vite heureusement et récupère le bon chemin jusqu'au lac de Saint Andéol.
Quelle récompense ! Il est beau, mais beau ! Bleu, beaucoup plus que sur la photo, Au milieu de nulle part.
La croix, elle m'a sauté à la figure, à un tournant, après Cap Combattu.
J'ai trouvé ça fantastique, j'avais l'impression que c'était des bras qui me disaient : " Viens ! "
Photo n°091248

Photo n°091427
Après le lac, par contre, quel enfer !
Je me perds à nouveau et ce coup-ci, vraiment bien ! Impossible de retrouver mon chemin, je ne trouve pas Ad Silanum.
Partout des pierres, de l'herbe, des vaches, des pierres et des barbelés, des vaches, des herbes hautes, des pierres encore..
Plus d'eau, je meurs de soif. Elle coule partout pourtant, entre les mottes de terre où je me tords les chevilles, mais elle coule entre les bouses de vache, impossible de la boire…
Une chaleur de plomb, des tourbières spongieuses, des vipères énormes que je suppose se léchant les babines à mon approche. Pas un arbre, que des burons en ruine…
Je marche depuis 6h du matin, il est 13h, et pas d'Aubrac en vue.
Enfin, je vois une voiture rouler au loin, sur ce qui doit être une route ! Je mettrai une heure à l'atteindre dans le terrain mouvant et hostile.
Enfin Aubrac ! La Domerie ! Je la vois !
A Aubrac, je m'effondre littéralement dans l'église, dans la pénombre et la fraîcheur et … Je pleure !
J'ai tellement eu peur, mal, chaud… Je remercie Dieu d'être enfin arrivée, je n'ai que lui sous la main !
J'ai eu une pensée pour les pèlerins du Moyen-Âge, qui passaient l'Aubrac sans boussole, dans le brouillard et la neige. Ils devaient être heureux comme moi en voyant l'église Notre-Dame-des-Pauvres au loin…
L'après-midi, j'ai continué après avoir mangé un peu, toute heureuse de retrouver mes petites balises rouges et blanches.
Photo n°124451
Je suis arrivée à :

SAINT CHELY D'AUBRAC (808m )
Photo n°151531
Retour en début de page

St Chély d'Aubrac

Espalion

Cachet St Chély

(22 km)

Cachet Espalion
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Jusqu'à Saint Côme d'Olt, j'ai marché avec " le vent des fous " comme les habitants du coin l'appellent.
C'est peut être pour ça que je n'ai pas eu l'impression de marcher seule.
Dans les forêts de châtaigniers, les bois craquent et grincent. La terre devient de plus en plus rouge, on sent bien que l'on quitte l'Aubrac.
C'est un pays vallonné, doux et paisible ici...
Photo n°082926
Saint Côme d'Olt, jolie petite bourgade médiévale, avec son église au clocher hélicoïdal que l'on voit sur toutes les cartes postales.
Moi, j'ai préféré les portes d'entrée en bois :
Photo n°113953
SAINT COME D'OLT
Photo n°122832
A la sortie du village, le Lot ! Je m'y arrête pour tremper mes pieds et pique-niquer, vite rejointe par "Les Martiniquais" et Daniel le Parisien-ardéchois.
Ce dernier voyant cette eau fraîche et limpide, enfile son maillot dans un buisson et hop ! A la baille !
J'en ai la preuve :
Photo n°125207 Mesdames, si vous êtes intéressées, je cède les coordonnées de cet Apollon contre espèces sonnantes et trébuchantes !
Puis je repars sur Espalion…
La route borde le Lot, c'est très agréable.
Ensuite, une montée à travers bois qui s'annonce terrible.
J'hésite à prendre une variante non balisée qui suit le bord du Lot.
Daniel qui m'a rejoint me dit : " Tu veux une deuxième leçon ? " (je lui ai raconté mon errance sur l'Aubrac).
Du coup, je grimpe derrière lui, effrayée. Il me décroche en deux secondes, c'est un vrai athlète, il saute littéralement comme un chamois sur les grosses pierres.
Moi, je fais comme d'habitude la limace… (je me nomme ainsi, car généralement, bien que je parte à 5h30 du matin, tout le monde me rattrape et me dépasse vers 11h, et qu'à partir de cette heure là, la chaleur aidant : je bave !)…
J'arrive quand même à Espalion, j'ai suivi Jean-Pierre, Christine et Anne qui sans le savoir, m'ont beaucoup aidé sur cette fin de parcours.
Photo n°150422
J'ai dormi dans une caravane louée par le camping, en bordure du Lot.
Je n'ai pas aimé Espalion. C'était très joli, mais trop de bruits, de monde, de magasins… Je me suis rendue compte comme j'étais à des années lumières de cette agitation citadine. Je n'avais qu'une hâte : retrouver le chemin et sa quiétude.

ESPALION

Photo n°171028 Photo n°171038
Retour en début de page

Espalion

Golinhac

Cachet Espalion

(25 km)

Cachet Golinhac
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
J'ai fait les 11 Kms qui me séparent d'Estaing dans le petit matin, comme qui rigole…
Ce matin j'ai une pêche d'enfer.
Photo n°085716
A Estaing, je retrouve "mon" Jean-Pierre de Grenoble !
On marche ensemble sur cette fin d'étape après la montée exténuante de Montégut.
Partage du saucisson local, et défilé de mode :
on essaye le " jeté de hanche " de Danielle d'Annecy, une façon très particulière de jeter la jambe et la hanche en avant, pour économiser le genou…
Fous rire garantis !
Photo n°143544 Photo n°143558
Pour les croyants, ça s'appelle une apparition !

En arrivant à Golinhac, un jardin extraordinaire !
Photo n°144305

Devant le jardin, Jean-Pierre s'aperçoit qu'il a perdu son chapeau, je lui propose de faire demi-tour, il refuse, nous sommes déjà bien fatigués.
" La Providence me le ramènera ! " me dit-il d'un ton magistral.
La Providence s'appelle Danielle (celle du jeté de hanche), elle a trouvé le chapeau sur le bord du chemin, et le lui rapportera deux heures plus tard!
GOLINHAC
Photo n°164522
La vue depuis le gîte communal. Extra.
Le soir, nous partageons les restes de nos sacs à dos, la seule épicerie du petit village est fermée. D'autres vont au restaurant…
Pour la vaisselle, pas de problèmes, quatre pour une casserole ça devrait le faire !
Photo n°224456
Retour en début de page

Golinhac

Conques

Cachet Golinhac

(21 km)

Cachet Conques
Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Quelle douce étape ! Facile, parsemée de petits villages accueillants, Campagnac, Espérac, Sénergues…
Je donne tout mon vieux pain à un âne sympathique, j'ai fait le plein avec du bon frais et croustillant…
Photo n°113620

CONQUES
Je pensais manger devant la vue de Conques, que j'avais vu sur mon petit guide, mais avec le chemin, nous passons des bois dans le village quasiment directement.
Mais tout de même c'est sublime ! Le temps est avec moi (et les autres, hein, quand même), il fait un soleil radieux, je touche le paradis en arrivant à l'abbaye.
Photo n°124125

Nous dormons et mangeons tous à la Communauté des Prémontrés, où nous sommes accueillis par des Hospitaliers.
Le bâtiment est magnifique, sous l'abbaye. Une petite salle de prières sous les toits d'une tour, un silence ahurissant avec juste le vent qui passe sur les tuiles. Des tapettes à souris de la marque " Lucifer " (authentique !). De grands dortoirs où nous sommes une bonne vingtaine à dormir. Une grande salle où nous mangerons tous après que le Chanoine nous ai raconté l'histoire de son ordre et que nous ayons chanté le Chant du pèlerin.
Puis les complies (prières du soir) où le chanoine nous invite à nous asseoir dans les chaires du XIième siècle, chants magnifiques et concert d'orgues. Bénédiction des pèlerins, on nous donne un petit pain bénit.
Une étape extraordinaire, sous le signe de la spiritualité…
Merci à Jean-Pierre qui m'a tout expliqué, les chants, les prières, les saints, l'architecture religieuse.
J'ai enfin compris pourquoi j'aimais tant les tympans :
ils étaient une explication simple, pour le peuple, des évangiles. Tout à fait adapté à mon ignorance !
Photo n°152904 Photo n°173127

Juste un truc : je préfère les vieux vitraux que les modernes ! Les modernes on dirait des stores… Fermés en plus…
Je ne dois pas avoir assez de cerveau pour apprécier !

Photo n°172727
Mes amis du chemin !
Le rictus qui leur sert de sourire est du au mot " pomme de terre " qui lorsqu'il est dit avant la photo empêche d'avoir un sourire idiot…
C'est pas gagné, hein ?
Photo n°193646
Jean-Pierre et Christine, les " Martiniquais " Je les ai perdus à Conques et je les ai beaucoup regrettés…
Retour en début de page

Conques

Livinhac le Haut

Cachet  Conques

(19 km)

Cachet Livnihac
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
J'avais décidé de rester un jour de plus à Conques, pour prendre le temps de bien visiter cet endroit magnifique, je suis en avance sur le parcours que j'avais préparé et mon train part seulement dimanche de Figeac.
Presque tous les pèlerins se sont levés à 6h, j'ai les ai entendus partir et j'ai fait celle qui dormait, pour ne pas vivre des adieux déchirants, j'étais un peu trop triste de les voir partir, on s'attache, mine de rien.
J'ai déjeuné, un vrai, avec du café, du pain frais, du miel, miam.
Sur le muret devant l'abbaye j'attends… Aller à la messe ?
Le chemin m'appelle ! je reviendrais faire du tourisme une autre fois, j'ai besoin de retrouver le chemin qui serpente dans les bois, la solitude, le vent, les bruits des fermes au loin.
En deux minutes je suis prête, je bourre tout dans mon sac avec une rapidité incroyable, je le jette sur mon dos et hop ! Me voici montant vers la Chapelle Sainte-Foy…
Après Sainte Foy, la campagne change à nouveau, la terre est moins rouge. Petits hameaux un peu désolés.
Photo n°101042

Toujours rien d'ouvert. Je n'ai pas pu acheter à manger à Conques il n'y avait pas d'épicerie (il y a 90 habitants l'hiver).
Etat des lieux : il me reste 3 fruits piqués hier à ceux qui n'en voulaient pas (j'ai bien fait), mon petit pain du pèlerin et … rien !
Je donnerai mes trois fruits à Jean-Michel, Françoise et Lydia, que j'ai rejoint à l'ombre d'un arbre (elle fait des progrès la limace !)
Plus que le petit pain, dur comme du bois. Je suis seule sur le chemin désert. Au secours, Providence !
Dans un hameau, je passe devant un magnifique jardin où une vieille femme bine ses légumes.
" Bonjour madame ! Quelles belles tomates vous avez là ! "
Pas de réponse.
" Vos tomates, on dirait des melons !
Pas de réponse.
" Quand elles sont grosses comme ça, elles sont aussi bonnes que des petites ? "
Là, la dame se retourne et, les mains sur les hanches, me dit d'une voix forte : " Vous, vous voulez une de mes tomates ? "
" Ça se voit tant que ça ? " J'explique mon infortune, le manque de commerces, que je veux bien lui acheter les tomates etc… Elle me demande : " Vous venez de Conques ? "
Et comme je réponds par l'affirmative : " Vous avez un petit pain du pèlerin ? "
J'acquiesce à nouveau.
" Je vous l'échange contre un sandwich au fromage " Génial ! Mon petit pain ira à son petit-fils malade, et moi j'aurai droit à un sandwich monstrueux, deux tomates, un verre de rouge et deux pommes !
Je vais finir par y croire vraiment à cette divine Providence…

Je retrouve tout le monde à :
LIVINHAC LE HAUT
Photo n°135608

Photo n°191826

Et qu'est ce qu'on mange ? Des pâtes !!!!
Retour en début de page

Livinhac le Haut

Figeac

Cachet Livnihac

(24,5 km)

Cachet Figeac
Cliquez sur la carte pour l'agrandir
Dernière étape pour moi…
Je l'ai presque faite en totalité avec Jean-Pierre.
Nous avons chanté du Malicorne à tue-tête… Il avait plu dans la nuit, mais dès que nous sommes partis, le mauvais temps s'est levé.
La chapelle de Guirande est une des plus belles de celles que j'ai vu sur le chemin… Les peintures, les vitraux… Vraiment magnifiques.
Photo n°091904

Photo n°111110
Le patron !
Photo n°111131
Ma nièce !
C'est quand même plus beau que les vitraux modernes de Conques, non ?

FIGEAC
Mais c'est déjà Figeac, fin de mon deuxième périple…
Photo n°131947

Jean-Pierre et moi, nous allons gratter à la porte des sœurs du Carmel de Figeac, c'est une Hospitalière qui nous accueille, Camille.
Camille, c'est la maman des pèlerins, en deux temps trois mouvements, je ne sais pas pourquoi, je lui ai raconté ma vie…
Elle dit : " Va prendre ta douche ! ", " Bois quelque chose ! "
Elle nous a fait un repas de roi, et nous avons mangé tous les cinq, Jean-Pierre, Yves de Suisse, Zelma d'Afrique du Sud, Camille et moi dans la vieille cuisine qui donne sur la rue.
La chambre toute simple et vioquette, aux couvertures tricotées par les dames de la paroisse donnait sur le cloître.
Paix au milieu de la ville, c'était une expérience hors du commun.
Photo n°142311 Photo n°142242
Le lendemain, il m'a fallu partir, j'ai pu changer mon train…
Je suis partie en courant après les adieux, pour ne pas chialer comme une gamine.
Bruits, foule, horaires, courses sur les quais bondés, 10h de train…
Mon cœur était ailleurs, entre Figeac et Carjac, avec Jean-Pierre de Grenoble, Jean-Michel, le Capitaine Crochet et Brigitte, les Bretons, Françoise, Daniel, mais aussi avec ceux laissés en arrière, les Martiniquais, Françoise et Danielle d'Annecy, Lydia.
Pour beaucoup, au moment où j'écris ces lignes, ils sont en Espagne et j'attends leur retour avec impatience pour leurs récits.
Quant à moi, si Dieu veut, je repartirai l'année prochaine, de Figeac à ...??? on verra bien...

Retour en début de page